Pages Navigation Menu

Week-end des 30 ans : Discours de Rabbi Dr Deborah Kahn-Harris, Principale du Leo Baeck College

Friends, rabbinic colleagues, representatives of the EUPJ and the WUPJ, other distinguished guests, and, most of all, the members of Keren Or

Pardon, je ne parle pa Francais. Me felicitacion, Rabbin Daniela Touati et Keren Or. 

So with that aside, please forgive me for speaking in English. In any case, here’s a good Hebrew term — מזל טוב! Congratulations on celebrating thirty years of Keren Or! Looking around this wonderful space filled with so many faces, I know that the future of Liberal Jewry in France is bright indeed. Thirty is not, perhaps, one of those numbers like seven or ten with auspicious, traditional Jewish interpretations, but it is nevertheless a major achievement. Thirty is, I think, a proper grown up in today’s world, which is certainly what Keren Or seems to me to be – a mature congregation with plenty of room for continued growth. May you go from strength to ever-greater strength.

As for Daniela, you are the third rabbi of Keren Or I have personally had the privilege of teaching, and following on from Rabbi Dr Rene Pfertzl and Rabbi Haim Casas, you are the third Leo Baeck College alumnus to serve this congregation. Both I and everyone at LBC could not be prouder. But before I say something personal to you, a brief word about this special relationship between LBC and the French Liberal Jewish community…

From its inception, Leo Baeck College has seen part of its mission as training rabbis for continental European Jewish communities. Our graduates serve communities right across Europe, but our particular relationship with French communities has become even stronger in recent years and it has been and continues to be an honour to help build the liberal rabbinate here in this country. As many of you may know, LBC has five more French students training for the rabbinate at the moment, one of whom is here with us today. We have worked especially closely with Rabbis Pauline Bebe and Tom Cohen, in particular, to help identify and support French students. And let me assure you that we continue to be an institution that welcomes students from across Europe and hope to have many more students from France in the future. But we also recognise, as I know you, Daniela, do as well, that studying far from home can be very challenging and an option that is not available to everyone. That is why we at LBC have also been so pleased to partner with Rabbi Bebe and others in the establishment of a training programme based in Paris. We look forward to welcoming many of those students to LBC for exchanges and time studying abroad in due course. The health of French Liberal Jewry is important to us and we will continue to do what we can to help ensure that it prospers. 

In parashat Yitro, which we read this coming Shabbat, Moses father-in-law, the Midianite priest Yitro, explains to Moses that much as he might want to do everything, he cannot. Speaking to every person in the camp who might want to share in Moses’ direct line to God is not practical and Moses will soon wear himself out. It’s not a matter of leaving people behind, but rather of creating partnerships with others who can help ease the load and spread the burden. Many people need to be involved, to have roles within their own communities, to also be leaders, and Moses needs their support, too. We, at Leo Baeck, know that we also cannot be everything to everyone, that every community needs to have its share in creating its own leadership and while I don’t want to take this analogy too far – we are certainly not Moses – I believe that working together we will find a model that enables us all to continue to work together for the betterment of the Jewish people.

Daniela, you, too, will probably hear a lot about Moses, his leadership style, and the challenges it presents. Most rabbis do. Most rabbis need somewhere along the line to learn that they cannot be the only leader in their community, that they need gabbaim and synagogue chairs and members of a care committee and cheder teachers and really an abundance of other leaders to make our synagogues functional communities. Of course, I know that you know this because, after all, Daniela, you came to the rabbinate precisely because you had had so much experience as a lay leader in this congregation before you began your studies for the rabbinate. 

Daniela, you are one of the most determined people I have ever met. Becoming a rabbi at Keren Or has not been an easy journey for you. You had to persuade us at Leo Baeck that you could do something that had not been done before – commute between London and Lyon, employing the most up to date technology to facilitate your studies when you were in Lyon. And you had to convince Herve and your children to let go of you every other week so that you could fully throw yourself into your college experience in London. When it came time for your dissertation, you choose a subject that truly challenged you personally to consider your own theology, the heart of your Jewish life. And when you finally came through these five sometimes crazy years, you came out with the most unlikely group of friends in the people that you studied with and the respect of those who taught you. But in that very moment of joy, you also found yourself in a moment of real crisis with your health. And it seems to me that you have faced this new challenge with the same energy, drive, and absolute determination that you face everything in your life. And now you find yourself here, being induced as rabbi at Keren Or. 

I wish you again מזל טוב and כח for this new chapter in your life. Remember that you are not alone, that like Moses you will need all of these wonderful people at Keren Or, your colleagues in France and the UK, and so many others and that with the fortitude and resilience you have already shown, I wish you and Keren Or another thirty years and beyond of success and flourishing Jewish life.

Traduction en français :

Amis, collègues rabbiniques, représentants de la EUPJ et de la WUPJ, autres  invites d’honneur et surtout, membres de Keren Or

Pardon, je ne parle pas français. Mes félicitations, Rabbin Daniela Touati et Keren Or. 

Alors, ayant accompli cela, veuillez m’excuser de vous parler en anglais. De toute façon, voici une très bonne expression en hébreu – מזל טוב ! Félicitations pour cette célébration de trente ans de judaïsme libéral à Lyon. A regarder dans cet espace magnifique rempli de tant de visages, je sais que l’avenir du judaïsme libéral en France est rayonnant. Trente n’est peut-être pas un de ces nombres comme le sept ou le dix dotés d’interprétations de bon augure  dans la tradition juive, mais c’est néanmoins une réussite considérable. A trente ans, on est, je pense, un vrai adulte dans le monde contemporain. C’est certainement ainsi que me paraît Keren Or – une communauté mûre avec un fort potentiel pour continuer à se développer. Je vous souhaite de vous renforcer et que votre rayonnement se répande.

Vous concernant Daniela, vous êtes le troisième rabbin de Keren Or que j’ai personnellement eu le privilège d’avoir comme étudiant, et suivant Rabbi René Pfertzel et Rabbi Haim Casas, vous êtes la troisième diplômée du Leo Baeck College à servir cette communauté. Mes collègues à LBC, comme moi-même, en sommes extrêmement fiers. Avant de vous adresser quelques paroles personnelles, un mot rapide sur la relation spéciale entre LBC et la communauté juive libérale française…

Depuis l’origine, le Leo Baeck College considère comme partie intégrale de sa mission, la formation de rabbins pour les communautés juives européennes continentales. Nos diplômés servent des communautés à travers l’Europe, mais notre relation particulière avec les communautés françaises est allé croissante depuis quelques années et il a été et continue à être un honneur d’aider à construire le rabbinat libéral dans ce pays. Comme vous êtes nombreux à le savoir, il y a encore cinq étudiants français en cours de formation au LBC, dont une s’est jointe à vous aujourd’hui. Nous avons travaillé de façon particulièrement rapprochée avec les rabbins Pauline Bebe et Tom Cohen pour identifier et soutenir des étudiants français. Permettez-moi de vous assurer que nous poursuivons comme institution d’accueil et de formation pour des étudiants venant d’Europe et que nous espérons compter encore beaucoup d’étudiants français à l’avenir. Nous reconnaissons aussi, comme vous, je le sais, Daniela, qu’étudier loin de chez soi peut être un vrai défi et un choix impossible pour certains. C’est pour cela qu’au LBC nous sommes aussi si contents du partenariat avec Rabbi Bebe et d’autres pour établir un programme de formation base à Paris. Nous nous attendons avec plaisir à accueillir beaucoup de ces étudiants au LBC pour des échanges et une période d’études à l’étranger. La santé du judaïsme libéral français nous tient à coeur et nous continuerons à faire ce qu’il faut pour lui permettre de fleurir.

Dans parashat Yitro, que nous lirons Shabbat prochain, le beau-père de Moïse, le prêtre midianite Yitro explique à Moïse que bien qu’il puisse souhaiter tout faire, il ne le pourra pas. Qu’il parle avec chaque individu dans le camp qui souhaiterait bénéficier de son lien direct avec Dieu n’est pas pratique et Moïse s’épuiserait bien vite. Il ne s’agit pas d’oublier certains, mais de créer des partenariats avec d’autres qui peuvent aider à partager et alléger la charge. Il faut un grand nombre de personnes, qu’ils aient des rôles dans leurs communautés, qu’ils soient aussi des dirigeants et Moise a besoin de ce soutien également. Nous, au Leo Baeck, savons que nous ne pouvons pas être tout pour tout le monde, que chaque communauté doit participer à créer sa propre direction et bien que je ne souhaite pas pousser l’analogie trop loin – nous ne sommes certainement pas Moïse, je crois qu’à œuvrer ensemble nous trouverons un modèle qui nous permettra de tous continuer à travailler ensemble pour le plus grand bien du peuple juif.

Daniela, vous aussi, vous entendrez probablement beaucoup parler de Moïse, de son style de direction et des défis que cela représente. C’est le cas pour la plupart des rabbins. La plupart des rabbins ont besoin d’apprendre à un moment donné qu’ils ne peuvent pas être le seul dirigeant de leur communauté, qu’ils ont besoin de gabbaim, de présidents de synagogue, de membres pour le comité d’action sociale, d’enseignants du Talmud Torah et encore un grand nombre d’autres responsables pour faire de nos synagogues des communautés qui fonctionnent. Je sais bien sûr, que vous savez ceci Daniela, car vous êtes venue au rabbinat précisément parce que vous aviez autant d’expérience en tant que responsable laïc du judaïsme libéral de cette ville avant d’entamer vos études pour le rabbinat.

Daniela, vous êtes une des personnes les plus déterminées que j’ai jamais rencontrées. Devenir rabbin à Keren Or n’a pas été un chemin facile pour vous. Vous deviez nous persuader au Leo Baeck que vous pourriez faire quelque chose qui n’avait jamais été fait auparavant – faire les allers retours entre Londres et Lyon et avoir recours à des méthodes technologiques de pointe pour faciliter vos études lorsque vous étiez à Lyon. Il fallait aussi convaincre Hervé et vos enfants de se séparer de vous une semaine sur deux afin que vous puissiez vous immerger pleinement dans votre expérience de collège à Londres. Pour votre dissertation, vous avez choisi un sujet qui vous a posé un vrai défi concernant votre propre théologie, le coeur de votre vie juive. Au bout de ces cinq années, parfois folles, vous vous êtes trouvée avec un groupe fort étonnant d’amis composés de vos camarades d’études et le respect de ceux qui vous ont enseigné. A ce moment précis de joie, vous vous êtes aussi trouvée face à une réelle crise touchant à votre santé. Il me semble que vous avez fait face à ce nouveau défi avec la même énergie, l’élan et la détermination absolue avec lesquelles vous affrontez tout dans votre vie. Et maintenant vous ici, en cours d’installation comme rabbin à Keren Or.

Je vous souhaite une fois de plus מזל טוב et כח  pour ce nouveau chapitre de votre vie. Rappelez-vous que vous n’êtes pas seule, que comme Moïse vous allez avoir besoin de toutes ces personnes merveilleuses à Keren Or, de vos collègues en France et au Royaume Uni, et de tant d’autres et qu’avec le courage et la résilience que vous avez déjà manifestés, je vous souhaite ainsi qu’à Keren Or, encore trente ans et au-delà de réussite et de vie juive fleurissante.