Pages Navigation Menu

Week-end des 30 ans : Discours de Fabrice Topcha, Président de Keren Or

Monsieur le Président de la Métropole de Lyon, 

Monsieur le Maire adjoint de Lyon, 

Monsieur le Maire adjoint de Villeurbanne, 

Madame la Présidente du CRIF, 

Chers  Représentants du culte et responsables associatifs, 

 

Chers Amis, 

Chers Membres, 

 

C’est un honneur et un vrai plaisir de voir notre synagogue aussi remplie aujourd’hui.

 

30 ans, c’est inévitablement l’heure d’un bilan.

A 30 ans on se retourne et on s’observe, on se juge, et là, nous pouvons être fiers de voir tout ce chemin parcouru.

Que de chemin parcouru en effet : depuis les cours de Talmud Torah dans un appartement particulier, puis rue du Bat d’Argent pour en arriver à ce beau et grand bâtiment.

Avec les nouveaux et les jeunes pour l’avenir et pour transmettre à nos enfants, une belle synagogue avec les valeurs du judaïsme libéral. 

 

Cela fait tellement plaisir de voir une synagogue avec des enfants. Ils représentent notre avenir et la concrétisation de nos efforts quotidiens. Sans transmission, pas de judaïsme.

Nos jeunes qui sont maintenant de jeunes adultes, toujours présents, alliant vie étudiante, vie privée et vie religieuse, prêts à transmettre aux plus jeunes et à rendre service à leur communauté.

 

Les enfants d’hier qui sont devenus parents. Aujourd’hui, nous avons parfois dans une même famille trois générations de membres. C’est beau, tout simplement, et c’est ce qui nous donne la force de continuer. 

 

Notre raison d’être, c’est d’être là, présents dans toutes les grandes étapes de la vie de nos membres.

 

Face à l’adversité, le pire serait de se sentir seul; appartenir à une communauté, cela permet de savoir qu’on est entouré, que les autres sont là, autour. Qu’un autre est passé par le même chemin difficile, qu’il a, lui aussi, affronté la même épreuve et qu’il l’a surmonté.

Le 9 février 1943, il y a eu la rafle de 86 juifs rue Sainte Catherine,  tous assassinés à Auschwitz. Plusieurs d’entre nous se sont rendus ce matin à la commémoration.

 

Cette année 2020 marque les 75 ans de la libération du Camp d’Auschwitz – n’oublions pas nos familles, nos amis, les nombreux juifs partis dans ces camps. 

Il est de notre devoir de transmettre l’histoire car ceux qui l’oublient sont condamnés à la revivre.

 

Je ne vais pas vous rappeler les statistiques des actes antisémites (en hausse), cela reste malheureusement encore un sujet terriblement d’actualité.

Ne vivons pas cachés pour autant, Keren Or doit rayonner. Nous sommes la plus grande synagogue libérale de province et nous avons la chance d’avoir la quatrième femme rabbin de France, le Rabbin Daniela Touati, dont c’est l’installation officielle ce dimanche.

 

C’est un grand plaisir mais surtout un grand honneur d’installer Rabbi Daniela, si passionnée, si dévouée à son travail.

 J’ai pu me rendre compte à quel point sa vocation était intense, avec toute l’exigence qu’elle s’impose à elle-même, cette même exigence qui est aussi la marque de ceux qui sont passionnés.

Elle est avant tout une Epouse et une mère de 2 enfants qui  a repris des études après 40 ans et franchi la Manche pour aller étudier durant de longues semaines loin d’Hervé, de Romane, et d’Ivan.

Elle a donc tenu pendant 5 longues années au Léo Baeck College.

 

Elle a quitté son tailleur de « working woman » pour porter le Talith et la kippa ; et nous en sommes ravis.

 

Celles et ceux qui suivent ses cours de conversion sont toujours heureux de ses anecdotes  (il y en a toujours une), et ils sont unanimes pour dire que lorsque le cours est fini, ils n’ont pas vu le temps passer.

 

Nous sommes la voix du judaïsme libéral, celle qui accepte les différences, qui tend la main, qui considère sa vision comme « une vision », pas comme La vision.

 

En cette 30è année de présence du judaïsme libéral à Lyon, je regrette qu’aucun responsable religieux juif de la région ne soit présent dans cette salle. 

Je regrette également que nos invitations pour se joindre à nous aux commémorations annuelles de Yom HaShoah restent lettre morte, année après année. Alors que cela se fait à Paris depuis plusieurs années déjà. 

Notre porte est,  et restera toujours ouverte à tous, aux représentants de tous les courants de notre religion ainsi que d’autres religions dans la mesure où chacun est respectueux de l’autre. 

Nous n’avons pas les moyens de nos divisions, chacun a sa place et son rôle à jouer, unis nous pouvons affronter les menaces qui refont surface depuis plusieurs années.

En effet, ceux qui veulent exterminer le judaïsme sont si nombreux, si puissants, si déterminés, que nos clivages sont un luxe hors de portée.

 

Je voudrais profiter de cette prise de parole pour remercier toute l’équipe en charge de cet évènement : Pour n’en citer que quelques uns, Célia, David et Dorothée mais aussi Eduardo Fred Guedj ou encore Suzette.

 

Je remercie aussi les administrateurs et  les Rabbins Haïm et René. 

 

Depuis 30 ans des hommes et des femmes se sont engagés pour faire vivre un judaïsme d’ouverture et ancré dans son époque. Je m’inscris dans leur droite ligne avec une nouvelle génération d’hommes et de femmes, et m’engage à leur côtés en partenariat avec notre rabbin Daniela Touati, pendant mon mandat de président, à développer cette communauté, la faire rayonner et en faire un modèle d’éducation, de transmission, entre tradition et modernité.

 

Souhaitons encore une longue vie au Judaïsme libéral Lyonnais, une vie pleine de sérénité, remplie d’enfants au Talmud Torah  et de nouveaux membres !!

 

Fabrice Topcha